Agile Tour Rennes 2018

Je n’ai malheureusement pu participer que à la première journée… Mais c’était déjà très riche !

Et voici ce que j’en ai retenu, en images 🙂

Mais pour moi le plus marquant, ce qui m’apporté le plus de valeur, l’effet « whaou!!! » de cette édition… C’était l’atelier des « Pas Japonais » proposé par Benjamin Cabanne (ancien collègue ! C’est ça aussi les Agile Tour, le plaisir des retrouvailles !)

Je ne peux pas en dire plus. Cet atelier, il faut le vivre ! Et j’espère vraiment avoir l’occasion de l’animer bientôt 😉

Acculturation et atelier Lego pour des stagiaires de 3ième

Et hop, une petite animation qui a bien marché pour ce type d’intervention.

Déjà, on les réparti en équipes. Ils sont 9, je fais donc une équipe de 4 et une équipe de 5. Ils donnent des noms à leur équipe, c’est plus sympa… du coup j’ai l’équipe « Ninja-go » et l’équipe « Anonyme ».

Première phase : le bon vieux waterfall

Je leur répartis mes legos sur les deux tables et je leur donne des « specs ». Ce sont des notices de montage que j’ai imprimés…

2018-06-28+18_02_12-10693+Building+Instructions.pdf+-+Adobe+Reader.png

 

Je leur demande une estimation du temps de production.

Je paye en bonbons, avec bonus s’ils ont de l’avance, pénalité s’ils ont du retard !

Et c’est parti pour un bon vieux effet tunnel… Je chronomètre le temps.

Rapidement ils se rendent compte qu’ils n’ont pas forcément les bonnes pièces pour faire les modèles (forcément, j’ai imprimé des notices au hasard sur internet) et qu’ils n’ont pas estimé le temps de trier les pièces 🙂

Je leur dit de faire avec ce qu’ils ont, que c’est les imprévus des projets : on ne peut pas toujours faire exactement comme dans les « specs » et que pour toutes les autres questions le client n’est pas dispo >:-)

Ils optent pour une stratégie singulière : ils adaptent largement les modèles, voir se limitent à quelques pièces empilées quand le temps arrive vers la fin en partant du principe que « puisqu’on ne peut pas faire autrement, le client sera bien obligé d’être content » (?!?). Et ils comptent sur les bonus en livrant en avance !

Mais malgré les bonus, les modèles n’ont plus grand chose à voir avec les specs et je reprends des critères d’acceptations que j’avais préparé : est-ce que le crocodile a bien 4 pattes ? Non. Etc etc. Le butin en bonbons est assez maigre par rapport à ce qu’ils espéraient…

La petite perle

Quand j’annonce le nombre de bonbons final une élève s’exclame :

« Ah ben si c’est comme ça, la prochaine fois qu’on me demande une estimation je multiplie au moins par deux ! »

… elle a tout compris 🙂

Deuxième phase : agile !

Maintenant je leur donne plutôt l’équivalent de user stories : une maison, un poisson, ils peuvent me poser des questions et on fait des petites itérations à l’issue desquelles on mesure la valeur produite.

Forcément… Ça se passe beaucoup mieux 🙂

20180219_171329.jpg

Debriefing et vernis sur Scrum

Jusqu’à ce moment je n’ai donné aucune théorie, je profite donc du débriefing pour citer les 4 valeurs agiles et on termine sur un schéma à la volée pour leur parler un peu de Scrum en quelques minutes :

20180219_171325.jpg

Conclusion

Je me suis bien amusée à préparer et animer cet atelier, et je l’ai trouvé très efficace !

Le même genre d’atelier réalisé un peu plus tôt avec un marshmallow challenge avait donné de moins bons résultats je trouve en terme d’appropriation des concepts par les élèves… peut-être un peu trop abstrait 😦
Je resterai donc sur l’option Lego en deux phases si c’était à refaire 🙂

Rétro MMA (Memories Mood Actions), c’est le bonheur assuré !

(désolée pour le jeu de mot « un peu » pourri ^^’, je suis en manque d’inspiration pour trouver un nom à ce format de rétro…)

Ce petit guide d’animation est un assemblage de techniques que j’avais déjà utilisées par ailleurs. Rien de très original donc… mais je trouve que cet ensemble fait sens globalement et c’est l’enchaînement et le fil conducteur qui me semble intéressant.

Outils utilisés :

  • Timeline
  • Moodgraph
  • 1 word
  • Synergy4
  • DESC

L’idée globalement est d’amener l’équipe à passer des faits (en les aidant à se les remémorer), aux sentiments éprouvés, puis aux actions, le tout en passant alternativement par des phases d’auto-inspection individuelle, de partage et d’auto-inspection sur le collectif.

Voici le détail du déroulé, dans un contexte de rétro++ sur une mini-release (2 sprints), 8 participants, 1h30.

Je mets une photo du paperbaord pour que vous visualisiez le rendu, ça devrait aider à comprendre les explications ci-dessous 🙂

20180629_114853_censored.jpg

  • Icebreaker : j’ai choisi le bâton d’hélium pour débriefer sur le lien entre objectif individuel / objectif collectif et ressenti individuel / ressenti collectif
  • (prime directive + point sur les actions de la rétro précédente bien sûr 🙂 )
  • Timeline
    • Représenter la ligne de temps de la release (horizontale) et les différents sprints (colonnes)
    • Collectivement, se rappeler les faits marquants de cette release et les représenter sur la timeline avec des post-its (jaunes sur la photo)
  • Moodgraph
    • Sous la timeline, préciser une échelle des ressentis (simley très content, smiley pas content)
    • Individuellement, tracer le graphe de son humeur au cours de la release
    • Debriefing collectif : (sans rentrer dans les explications individuelles), quelles tendances peut-on observer ?
    • (bien rassurer sur le fait qu’une phase d’explication / partage est prévue sinon c’est très frustrant pour les participants de ne pas expliquer la ligne qu’ils viennent de tracer)
  • 1 word
    • Individuellement, chaque participants peut annoter sa ligne d’humeur avec des post-its en se posant la question de ce qui a fait qu’elle a baissé ou monté.
    • Contrainte : 1 mot par post-it. Pas de partage collectif à cet étape, c’est une phase d’introspection.
    • On peut utiliser un code couleur (vert pour le positif et rose pour le négatif par exemple sur la photo)
  • Tour de table à la mode Synergy4
    • Principe : chacun prend la parole à tour de rôle, les autres écoutent. Si la personne n’a rien à dire/ajouter, elle peut passer son tour (« je passe »), on continue les tours de table jusqu’à ce que tout le monde dise « je passe »
    • Utilisation du formalisme DESC pour que chacun à son tour
      • Décrive un fait
      • Exprime l’émotion associée (utilisation du « je »)
      • (éventuellement) propose une solution
      • (éventuellement) présente les conséquences de cette solution
    • Le paperboard réalisé précédemment reste affiché. Les participants peuvent y faire référence, mais ce n’est pas obligé. Il a simplement servi à bien préparer cette phase de partage et sert de support visuel pour faire référence aux faits (post-its jaunes) et aux émotions (graphes).
  • Actions
    • Enfin, compte tenu de tout ce qui a été partagé précédemment on revient sur un format plus classique pour identifier les actions et améliorations à mettre en place.
    • Avantage non négligeable, l’utilisation du formaliste DESC fait que des propositions de solutions ont déjà été formulées. Il faut ensuite juste discuter de leur acceptabilité par l’équipe globalement.
  • (ROTI)

Je pense que c’est particulièrement adapté en cas de tensions latentes, ou tout simplement pour une équipe qui a l’habitude des rétros + / – / delta et avec qui il faut un angle différent (en passant ici par les ressentis) pour générer de nouvelles pistes d’amélioration.

En prérequis je dirais qu’il faut de bonnes conditions de partage, donc plutôt avec des personnes qui se connaissent bien (je ne le proposerai pas avec des équipes qui ne travaillent ensemble que depuis peu de temps).

Bref, j’en suis très contente et je le ré-utiliserai !

En complément : la fiche fait-maison que j’ai utilisé pour expliqué le formalisme attendu lors du tour de table. Je l’ai maintenu visible des participants pendant toute cette phase de partage.

20180629_132612.jpg

Une journée pour construire ensemble une roadmap sur une thématique métier

La demande :

  • partager les besoins client recensés aujourd’hui sur cette thématique
  • éventuellement en identifier de nouveaux besoins en séance
  • les challenger par rapport à la valeur apportée, la complexité de mise en œuvre, la différenciation concurrentielle
  • … le tout afin de les prioriser et construire/enrichir les roadmaps des produits existants ou à venir.

Animation de la matinée :

  • Icebreaker
  • Partage de la vision sur la thématique
  • Création de personae
  • Identification besoins et features (animation inspirée de la technique de l’Impact Mapping que j’affectionne particulièrement ^^)

2018-01-25+16_37_17-Workshop+Flexible+Manager.pdf+-+Adobe+Reader

Animation de l’après-midi :

  • Complexity / value matrix
  • Roadmap design

2018-01-25+16_39_33-Workshop+Flexible+Manager.pdf+-+Adobe+Reader.png

Malgré une grosse difficultés (un des participants-clé n’a pas pu rester pour l’après-midi), le feedback de cette animation était positif pour les participants et très positif pour le demandeur.

Point de vigilance pour éventuellement une prochaine fois : avoir les bons participants et s’assurer (en insistant) de leur disponibilités, y compris des représentants des clients.
Nous avions sur cette session une très bonne représentation technique (développeurs, qualif, experts…), mais peu de représentants business 😦